• Dans son édition du 31 octobre, le JIR publie un article intitulé "Le "Yak" au pinacle". Après un début de 1er paragraphe aguicheur, on peut lire que l'article traite d'une personne. C'est difficile tant le verbe "traiter de" introduit le plus souvent un thème ou un sujet. Par ailleurs, certaines phrases ne contiennent pas de verbe (début du 2ème paragraphe).

    Le journaliste donne des informations peu précises comme dans le 1er paragraphe de la seconde colonne où il est difficile de savoir si "entre 10 et 12 heures" fait référence au temps passé sur le terrain ou à l'horaire des réservations. H. B. semble en perdre la notion du temps puisque le joueur dit s'être préparé "sous le soleil" alors que le journaliste précise que Yacoub Patel "se levait aux aurores ... pour aller s'entraîner".

    D'autres détails se mordent la queue telles les 3 ou 4 parties par semaine qui sont présentées comme une préparation méticuleuse (2ème colonne) avant que l'on se rende compte quelques lignes plus tard qu'il s'agit simplement du rythme habituel de Yacoub Patel (fin de seconde colonne).

    En début de 3ème colonne, le journaliste présente son confrère comme particulièrement maladroit avant de faire un pas en arrière imaginaire grâce à un "ne" qui n'a pas lieu d'être et qui implique que les coups du joueur ne blanchissent jamais la ligne.

    L'hommage est truffé de bémols inutiles tels que: "certes" amateur, non classé "même", "petit" tableau, "que" trois matchs. L'article, supposé être à la gloire de la victoire, contient même deux termes relevant de la défaite: "éliminé", et "repêché" (toute fin de 1ère colonne).

    Dès la 5ème ligne, le journaliste avertissait son lectorat: "tournez cette page". Pour saluer l'accomplissement de la quête d'un collègue et ami, on pouvait espérer une rédaction d'une toute autre trempe.

    Bravo Yacoub Patel.

    Le JIR publie un bas pinacle


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires